Le bois-énergie issu de forêts : les plaquettes forestières

Maillon incontournable de la filière forestière aux côtés du bois d'œuvre et du bois d'industrie, le bois-énergie issu de forêts représente le principal gisement d'approvisionnement des chaufferies biomasse.

Couvrant 29% du territoire, soit 16 millions d'hectares, l'étendue des forêts françaises permet d'assurer durablement l'approvisionnement des chaufferies biomasses, et particulièrement celles situées en milieu rural.

Acteur impliqué dans la gestion durable des forêts, Bois Energie France poursuit son engagement depuis 2013 en étant certifié PEFC pour l'ensemble de ses activités. 


Aux côtés du bois d’œuvre et du bois d’industrie, le bois-énergie est un débouché complémentaire de l'exploitation forestière, participant à la gestion et au renouvellement des forêts.

La récolte du bois-énergie forestier est réalisée par des machines adaptées à l'exploitation des sous-bois. Seuls les bois ne pouvant pas faire l'objet d'une meilleure valorisation (bois d'oeuvre ou bois d'industrie) sont récoltés. Il s'agit principalement d'arbres petits et mal conformés, de branches et de menus bois.

Avant d'être transformé, le bois est stocké pendant plusieurs mois sur une place de dépôt ou en bordure de route. L'emplacement doit permettre un accès facilité pour l'étape de broyage. L'objectif principal du stockage est de diminuer le taux d'humidité du bois, afin de rendre celui-ci apte à la combustion en chaufferie.

Après plusieurs mois de stockage, le bois est broyé directement sur place et chargé simultanément dans un camion sans stockage intermédiaire. Cette étape nécessite une synchronisation précise des machines de broyage et des transports en camion. Le produit obtenu par broyage est appelé plaquette forestière.

Le broyage est une étape déterminante pour obtenir du bois-énergie de qualité. Celle-ci dépend principalement de l'humidité du bois et de la granulométrie des plaquettes forestières. L'expertise du conducteur, l'ajustement des réglages et l'utilisation de broyeurs à couteaux, permet d'obtenir des granulométries adaptées à la chaufferie, en limitant les poussières (fines).

L'optimisation de la logistique du bois-énergie cherche à diminuer le nombre d'étapes intermédiaires et privilégie les flux directs depuis les chantiers forestiers vers les chaufferies. Cette logistique nécessite une planification rigoureuse des livraisons et une grande réactivité des différents opérateurs (broyage, transport et chaufferie).
Le bois-énergie est livré le plus souvent dans un silo attenant à la chaufferie. Le bois est ensuite consommé dans les 3 jours suivant la livraison : il y a donc très peu de stock en chaufferie.